Axe chronologique: « dix ans d’extraction pétrolière au Tchad le 10/10/2013 »

 

  Politique Petrol

ONG

les anneés 1950   1950 à 1960 - Depuis ces années, des recherches de pétrole ont lieu au Tchad et au Cameroun  
les années 1960 1960 – Indépendance du Cameroun et du Tchad

1966 – Premier conflit armé au Tchad (FROLINAT)

 

 

1969 - Première Licence de l’exploration au sud du Tchad accordé (Conoco)

 
les années 1970

 

 

 

 

1979 à 1982 – Guerre civile au Tchad

1982 – Tchad : Hissène Habré prend le pouvoir par un coup d’Etat

1982 - Cameroun : Paul Biya est élu à la présidence

1973 – Premiers sondages pétroliers au sud du Tchad (Conoco)

1976 – Début de l’extraction pétrolière au Cameroun

1976 – Fondation d'un consortium d’extraction pétrolière au Tchad :
ExxonMobil (US), Shell (Pays-Bas), Elf (France)
 
les années 1980

En 1981 CONOCO se retire du consortium. Toutes les activités de recherche et de planification engagées par les multinationales pétrolières sont arrêtées à cause de la guerre civile. Elles reprennent seulement à la fin des années 1980.


 

1988 – Signature d'un accord sur l'exploration, la promotion et le transport du pétrole, entre le consortium autour d'Exxon (au Tchad actif sous le nom Esso Tchad) et le gouvernement du Tchad.

 
  Politique Petrol

ONG

les années 1990

 

1990 – Idriss Déby prend le pouvoir au Tchad par un coup d’Etat    
 

1992 – Elf Aquitaine, une entreprise pétrolière française, rejoint le consortium pour l’extraction pétrolière.

1992 - Début des négociations entre la Banque mondiale, Exxon et les gouvernements du Tchad et du Cameroun.

 
   

1994 – Le paysan tchadien Dingantoloum Djikolmian est tué par des forces de sécurité, quand il s'approche avec ses enfants d’un avion d'ESSO Tchad. C’est le premier cas documenté.

1995 – Assassinat légal de Ken Saro Wiwa et de huit de ses employés au Nigeria, pour avoir critiqué la manière d’exploiter le pétrole dans le delta du Niger. Amnesty International (Irène Mandeau) dresse un dossier sur la production pétrolière imminente au Tchad: « prévenir un nouveau pays d’Ogoni ».

1996 - Premier voyage de recherche du journaliste Martin Zint de N'Djamena à la côte atlantique du Cameroun sur les traces du pipeline proposé.

1997 – Premier dossier sur le projet pétrolier Tchad / Cameroun par EDF / USA (Corinna Horta)

1997 - Début du travail international de plaidoyer en France avec l'action "Pompe A'frique".

1997- Première organisation de la société civile tchadienne, le Groupe de Réflexion Pétrole (GRP) se constitue, renommé plus tard Commission Permanente Pétrole (CPP).

1997 - Création du Groupe de travail allemand « Projet pétrolier au Tchad / Cameroun » dans le but d’endiguer les nuisances sociales et environnementales engendrées par la production pétrolière au Tchad

1998 - Arrestation du député / leader de l'opposition Yorongar Ngarléjy

 

 

 

 

1999 - Après 9 mois de détention, le leader de l’opposition Yorongar Ngarléjy est libéré

1997 - Massacre à Moundou, centre administratif de la région pétrolière. « Des forces de sécurité » attaquent le siège des «forces armées pour la République fédérale (FARF)». Ils tuent environ 100 personnes.

1998 – Nouvelles négociations des compensations pour les agriculteurs.

1998 - Adoption de la «Loi 001», qui stipulait que 10% des revenus pétroliers devaient crédités dans un fonds pour les générations futures. Des 90% des recettes pétrolières restantes, 80% devaient être utilisés pour les «secteurs prioritaires» (santé, éducation, développement rural et infrastructures), c'est à dire ils devaient être investis dans le développement et la lutte contre la pauvreté. 5% des recettes pétrolières devaient bénéficier au développement de la région pétrolière Doba. Les 15% restants devaient rester disponibles pour les dépenses administratives et publiques.

1998 - Création du Groupe de concertation d'actions (GCA) au Cameroun, un séminaire d'information a lieu à Yaoundé

 

 

 

 

 

1999 - Création de la Commission de pétrole permanente(CPP) de la société civile à Moundou au Tchad

 

 

1999 - Elf Aquitaine et Shell (anglo-néerlandais) se retirent du consortium pétrolier

1999 – La Conférence de Bébeédja a lieu. Elle est la suite du séminaire de Donia. Les groupes de la société civile demandent un moratoire de 2 ans dans le but de mieux préparer les projets de pétrole (timing de plaidoyer)

1999 - Fondation de EPOZOP (Entente de la population de la zone Pétrolière). Il s’agit de l’union de la population concernée, habitant dans la région pétrolière. Les acteurs de la société civile se renforcent mais ils subissent une forte pression de la part du gouvernement tchadien

Politique

Petrol

ONG

les années 2000

 

 

 

 

 

 

 

2001 - Elections présidentielles au Tchad, arrestation des candidats de l'opposition

 

 

2003 – Bozize attaque la République centrafricaine et y prend le pouvoir le 15 Mars. Il s’est préparé avec ses rebelles au Tchad

2000 - Petronas (Malaisie) et Chevron (Etats-Unis) rejoignent le consortium qui se compose désormais d’Exxon Mobil (actionnaire majoritaire avec 40%, leader du consortium et société de transport principal), Petronas (35%) et Chevron (25%)

2000 - Décision de la Banque mondiale de promouvoir le projet. Création du Groupe consultatif international GIC / IAG (Groupe consultatif international), dont la tâche est de veiller au respect des directives relatives aux mesures sociales et environnementales émises par  la Banque mondiale.

2000 – La Société financière internationale (SFI) convoque le Groupe de contrôle et de monitoring externe (ECMG), afin de surveiller la mise en œuvre du Plan de gestion environnementale (PGE) par des compagnies pétrolières et le gouvernement tchadien

2000 - Début officiel du chantier de construction pour la production de pétrole au Tchad et au Cameroun

2002 - Premiers dédommagements collectifs

2002 - Le Panel d'inspection (Commission de réclamation de la Banque mondiale) publie son rapport sur « les travaux de la Banque mondiale au Tchad »

2003 - Le Panel d'inspection (Commission de réclamation de la Banque mondiale) publie son rapport sur « les travaux de la Banque mondiale au Cameroun » et constate des défaillances permanentes dans la mise en œuvre du projet.

2003 - OPIC investit 250 millions de dollars dans les assurances pour les forages et les réparations des puits de pétrole et de gaz au Tchad. Il s'agit du premier projet de l'OPIC au Tchad

2003 Octobre - Début de l’extraction de pétrole dans les champs pétrolifères de Miandoum, Komé et Bolobo. Avec l’ouverture de l’oléoduc Tchad-Cameroun, le Tchad devient un pays exportateur de pétrole. Le 10 octobre 2003, la première goute de pétrole coule à travers l’oléoduc vers l'ouest à Kribi dans le golfe de Guinée.

 

 

 

2001 - Début de la surveillance indépendante de la construction de l'oléoduc au Cameroun par des groupes de la société civile

2001 – Le Journal de l'oléoduc de l’ONG FOCARFE paraît au Cameroun

 

2003 - Radio FM Liberté / N'Djamena est fermé

2004 - Les premiers recettes de pétrole du Tchad sont investies dans la sécurité militaire par l'achat de deux hélicoptères et quatre avions de combat «Pilate»

2005 – Le Tchad est le pays le plus corrompu sur l'indice Transparence International (TI)

2006 Janvier – le président du Tchad Idris Déby modifie la loi 001 : le Fonds des générations futures est supprimé. Les secteurs prioritaires sont élargis au secteur de «défense» (justice et sécurité). Le pourcentage des dépenses courantes du gouvernement sera doublé de 15 % à 30%.
La Banque mondiale résilie le contrat de coopération avec le gouvernement du Tchad.

2006 Juillet - le parlement tchadien approuve la création de la première compagnie pétrolière étatique, SHT (Société des Hydrocarbures du Tchad), en espérant gagner ainsi plus de contrôle sur les ressources énergétiques

2006 Août - le président Idris Déby accuse Chevron (Etats-Unis) et Petronas (Malaisie) de ne pas avoir payé les taxes pétrolières, mais ils finissent par trouver un accord avec une nouvelle convention fiscale

 

 

 

2005 Novembre – Début de l’extraction sur le champ pétrolifère Moundouli (près de Moundou)

 

 


2006 - La Banque mondiale reprend la coopération avec le Tchad sur la base d'un « mémorandum d'entente » pompeux

 

 

2006 Juin - Début du forage de pétrole sur le champ pétrolifère Nya (à coté de Miandoum)

 

 

 

 

 

 

 

 


2006 Décembre - Début du forage de pétrole sur le champ pétrolifère Maikiri (à coté de Miandoum)

 

2006 - Le sous-préfet de Krim (un district tchadien), qui a brutalement harcelé la population, a été révoqué de ses fonctions. Nos partenaires locaux courageux sont confiants que nos protestations ont aidé. Une telle chose n'aurait pas été possible sans le soutien international, disent-ils

2007 – Les députées allemandes Ute Koczy (B90/Les verts) et Dr Bärbel Kofler (socio-démocrate) visitent les régions pétrolières et l'oléoduc au Tchad et au Cameroun, et rédigent un rapport critique sur le projet

2007 Août – Le Tchad adhère officiellement à l'Initiative de Transparence des Industries Extractives (EITI)

2008 Janvier - Des rebelles attaquent la capitale N'Djamena. Avec le soutien militaire français, le président Idris Déby se maintient au pouvoir.

2008 Février - Le Tchad n’obtient pas le statut de «pays candidat» du comité international de l'EITI

2008 - Markus Meckel, député, vice-porte-parole pour les Affaires étrangères de la fraction SPD au Bundestag visite le Tchad et la région pétrolière

2008 – Création de la société pétrolière d'Etat SHT (Société des Hydrocarbures du Tchad)

2008 - Tchad a reçu 1,3 milliards d'euros en 2008 à travers les recettes pétrolières (en 2002 les recettes pétrolières de l'État s’élevaient à 167 millions d'euros)

2007 - Premier accident pétrolier à Kribi – pendant 12 heures, le pétrole se déverse dans la mer au lieu d'être pompé dans un pétrolier

2007 - Novembre / Décembre début du forage de pétrole sur le champ pétrolifère Timbéri

2008 – La Banque mondiale a annoncé publiquement son retrait définitif du projet pétrolier Tchad / Cameroun le 9 septembre 2008. Le retrait a été justifié par l’échec du gouvernement tchadien à utiliser les recettes du pétrole comme promis pour lutter contre la pauvreté. Ces problèmes sont connus par la Banque mondiale depuis 12 ans, mais elle a préféré de les nier. En conséquence, elle porte la responsabilité pour l'échec de ce qu'elle a appelé «projet pilote». Sans le soutien de la Banque mondiale, le projet n'aurait pas été réalisé de cette manière. Le gouvernement allemand porte également une part de responsabilité. Il a trop compté sur les déclarations de la Banque mondiale et il a insuffisamment pris en compte les critiques de la société civile. La même chose s'applique à la société Esso. Maintenant, nous devons tirer des leçons de cet échec. Les membres du groupe de travail « projet pétrolier Tchad / Cameroun » demandent une évaluation indépendante du projet d'oléoduc Tchad / Cameroun.                                                     Le 5 septembre  2008, le Tchad a entièrement remboursé le prêt de la Banque mondiale.


2007 - L’« Accord du 13 août » entre le gouvernement et des parties de la société civile promet des élections et la participation démocratiques

 

 

 

 

 

 

2008 - De nombreux oppositionnels comme Delphine Djiraibé, Jacqueline Moudeina et plusieurs d’autres personnes sont obligés de fuir le pays

 

2009 - Le Groupe d'évaluation indépendant de la Banque mondiale publie son évaluation du projet pétrolier. Il confirme que le projet n'a pas contribué à la réduction de la pauvreté mais qu’il a aggravé la situation économique du secteur agricole et qu’il a engendré de graves problèmes de gouvernance au Tchad.

 
     

 

 

Les dernières trois ans au Tchad aprés 2010:

Politique Petrol ONG

2010: 50 ans d’indépendance au Tchad et au Cameroun (et dans plusieurs pays africains)

2010 Avril - Le Tchad est accepté par le Conseil de l'ITIE en tant que pays candidat

2010 - Sur l'Indice de développement humain des Nations Unies le Tchad a 0,295 point. Sept ans plus tôt, avant le début de l’exploitation du pétrole, le Tchad avait 0,376 points

2011 - OPIC (Overseas Petroleum et Investment Corporation), filiale à 100% de la société d'État Taiwan Chinese Petroleum Corporation (CPC) commence les travaux d'exploration dans le champ de pétrole Benoy 1 au nord de Doba. OPIC estime ces nouvelles réserves à 100 millions de barils de pétrole brut. Le forage d'exploration est prévu de s’étendre à BCOIII, à BCSII et à BLTI

2011 - Griffiths Energy (Canada) commence les travaux d'exploration dans la région de Doba. Vers la fin de 2013, le pétrole des champs Badilla et Mangara doit être relié à l'oléoduc Tchad-Cameroun

2012 Juillet - Depuis le début de l'exploitation pétrolière jusqu'au 1er Juillet 2012 le gouvernement tchadien a obtenu un total de 9343 millions de dollars américains

2010 - L'ONG tchadienne PILC (Public Interest Law Center) porte plainte contre un chef de canton dans la région pétrole de Doba, qui est accusé d'avoir retenu illégalement 10% des indemnités de la société Esso prévues à être distribuées aux paysans comme dédommagements pour leurs terrains

2011 – Constitution de la plateforme de dialogue de la société civile CCDL (Cadre de Concertation et de Dialogue au Logone). Les trois chefs religieux de la région sont représentés (des évêques de Moundou, des représentants des églises protestantes, l'Imam de Doba) et les chefs de canton. CCDL cherche a établir un dialogue industriel avec Esso Tchad

2011 Octobre - l'ONG tchadienne GRAMPT TC et 6 réseaux (Adicam, CPPN, CPPL, EPOZOP, RESAP MC, ROSOC) déposent une plainte contre le projet d'oléoduc Tchad-Cameroun auprès du CAO

2011 Décembre – le Prix Nobel alternatif (Livelihood Award) est décerné à Jacqueline Moudeina, avocate tchadienne et militante des droits de l'homme

2012 Avril - succès de la plainte de PILC: Le chef de canton dans la région pétrolière est reconnu coupable d’avoir retenu les indemnités. Il a été condamné à rembourser les indemnités et à payer une indemnisation des souffrances aux paysans concernés. Il doit en plus prendre en charge les frais de justice

2012 - Octobre: Mgr Michel Russo, évêque du diocèse de Doba est expulsé du pays par le gouvernement tchadien. Cela est dû à des remarques critiques sur le manque de transparence et de l'utilisation des recettes du pétrole par le gouvernement tchadien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2012 Octobre - Le premier rapport ITIE est publié, il comprend les flux de payement du secteur des industries extractives des années 2007, 2008 et 2009

2012 - Sur l'indice de corruption le Tchad est le 165ème pays sur 174. Ainsi, le Tchad reste l'un des pays les plus corrompus au monde

2013 - Le Tchad prend la place 184 (0,340) sur 186 places sur l'indice des Nations Unies du développement humain

 

2013 Février - Suite à des discussions entre le gouvernement et la Conférence des évêques catholiques Mgr Russo entre à nouveau au Tchad

2013 Mai - arrestations de parlementaires de l'opposition, de journalistes et même de généraux sous prétexte d’un coup d'État planifié. Les organisations internationales de défense des droits humains et la radio Deutsche Welle (DW) rédigent des communiqués de presse et appellent à la libération immédiate des détenus

  10 Octobre 2013: 10 années d’extraction industrielle de pétrole au Tchad